spinner
Geistlich Blog header image
Régénération Osseuse Guidée

Protocoles pour les défauts horizontaux et verticaux

22.01.2020
share this article

La stabilité de l’os et des tissus mous à long terme est observée lorsque le volume osseux est suffisant au moment de l’implantation. En revanche, un volume osseux insuffisant autour des implants dentaires peut constituer un facteur de risque significatif et avoir un effet négatif sur le pronostic à long terme1.

Dr. Sascha A. Jovanovic | United States

Plusieurs techniques ont été développées pour l’augmentation des défauts osseux. Parmi elles figurent des protocoles pour l’augmentation osseuse avant la mise en place de l’implant (approche en deux temps) et au moment de la mise en place de l’implant (approche en un temps), avec utilisation de matériaux complémentaires tels que les blocs osseux, les particules d’os de substitution, les copeaux d’os autologue, les dispositifs de forme stable, les membranes de collagène, les membranes en polytétrafluoroéthylène dense (d- PTFE), les vis de fixation, les pins et les dispositifs de prélèvement osseux.


Régénération osseuse guidée : étayée par la science
Parmi les techniques d’augmentation osseuse horizontale et verticale, la ROG est l’une des approches les plus étudiées et les plus étayées par des preuves. Elle donne des résultats prévisibles et des taux élevés de survie des implants sur le long terme.1,2 Les études montrent que les taux de survie des implants mis en place dans de l’os augmenté ne diffèrent pas de ceux des implants mis en place dans de l’os natif3. La technique repose sur des principes biologiques éprouvés et un protocole clinique étape par étape. Le taux de complications chirurgicales va de faible à élevé, ce qui classe parfois la procédure dans la catégorie procédures sensibles à la technique. Le taux de complications dépend essentiellement de la sélection des patients, de la précision du diagnostic, de la description détaillée des étapes cliniques, du suivi rigoureux du cas et du choix de biomatériaux de qualité.

Pour les défauts osseux de petite taille, une approche de ROG simultanée donne les mêmes résultats qu’une approche de ROG en plusieurs temps. En présence d’une atrophie horizontale importante de la crête et de défauts verticaux de grande taille, un protocole en plusieurs temps semble être plus prévisible et donner de meilleurs résultats.4

La ROG peut être réalisée avec un mélange dans un rapport 1:1 d’os autologue particulé et de substitut osseux anorganique d’origine bovine (Geistlich Bio-Oss®) en association avec une membrane de collagène natif (Geistlich Bio-Gide®) ou, pour les défauts horizontaux ou verticaux de grande taille, en association avec une membrane en d- PTFE renforcée titane et de forme stable.

Les sections suivantes décrivent les trois principaux protocoles utilisés dans le cadre de notre pratique clinique et de nos programmes de formation.


Protocole de ROG 1 : Déhiscences péri-implantaires et fenestrations
En 1992, nous avons publié notre première étude sur le protocole de ROG pour le traitement des déhiscences péri-implantaires chez 12 patients5 ; l’un de ces patients qui avait été traité pour une amélogénèse imparfaite est toujours suivi et présente encore, 29 ans plus tard, un os crestal stable et des implants sains. (Fig. 1).

En 2018, nous avons publié des modifications ainsi que les résultats de 45 cas consécutifs (63 implants) traités avec notre protocole de ROG et de greffe osseuse bicouche, avec un suivi des patients pendant 30 mois après la mise en charge. Aucun patient n’a abandonné cette étude, l’os et les tissus mous étaient stables et aucun implant ni aucune prothèse n’a été déposé (voir détails dans le Cadre 1 : Protocole de ROG 1 : Étapes du traitement).6

Le point clé est d’appliquer ce protocole de ROG aux défauts osseux de petite taille, et un diagnostic précis par CBCT est essentiel pour le choix d’un volume osseux avec une largeur entre 4 et 6 mm de large. L’association d’os autologue en contact direct de l’implant et recouvert par de l’os bovin anorganique est la clé de la réussite (Fig. 1). Tandis que l’os autologue a des propriétés ostéo-inductrices et ostéogéniques, l’os bovin anorganique maintient le volume et le contour sur le long terme. Les membranes de collagène sont plus intéressantes que les membranes en polytétrafluoroéthylène expansé (ePTFE) dans cette indication en raison de la cicatrisation favorable des tissus mous et parce qu’elles n’ont pas à être déposées. Leur manque de rigidité peut être compensé par le mélange osseux et par la fixation précise de la membrane qui permet l’immobilisation du matériau de greffe.

Dr. Sascha A. Jovanovic

Dr. Sascha A. Jovanovic | United States

Associate Professor, Loma Linda University Chairman, gIDE Institute, Los Angeles

Your Comment

 Yes, I have read the privacy policy and agree to it.